Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2015

Les 9 albums de mon année 2015.

Après presqu’un an d’absence, me voilà de retour (furtivement) pour vous présenter les albums qui ont marqué mon année 2015. Comparé au précédent, ce cru est moins riche et moins éclectique. J’aurais aimé y inclure le nouvel album des Red Hot Chili Peppers qui se fait toujours attendre ou bien les deux volets de HITNRUN de Prince que j’ai à peine écoutés. J’aurais aimé y dire du bien du dernier né de Drake. Oui mais bon, mon classement se fera sans eux. Alors sans plus attendre, voici le top 9 de mes opus préférés  cette année.

 

Erik.jpg9. Somebody’s Party d’Erik Hassle : Condensé d’une électro pop classique mais accrocheuse, l’EP du suédois Erik Hassle est une invitation à se déhancher sur la piste de danse. Un six titres sans surprises mais efficace.

 

 

 

Jeanne Added.jpg8. Be Sensational de Jeanne Added : Jeanne Added, nouvelle arrivée sur la scène pop-rock électro française n’a pas complétement fait sensation, me concernant, avec cet opus. Il n’y a pas assez de titres qui se détachent du lot mais ceux qui y parviennent le font admirablement. Je trouve Jeanne Added plus efficace en live et, les morceaux qui n’ont pas eu mes faveurs en studio passent mieux sur scène.

 

 

Newton.jpg7. Human Love de Newton Faulkner : Je peux autant aimer que détester la musique de Newton Faulkner. Ses deux premiers albums font partis de mes préférés tout genre confondu mais, la mayonnaise n’a pas du tout pris avec les deux suivants trop fades à mon goût. Voilà donc une double surprise que de retrouver cet album dans mon top. Double, parce que l’artiste a su renouveler sa musique. Sa folk est plus pop, sa folk pop est plus accrocheuse et parfois teintée de rock. Il me fallait d’un tel changement pour de nouveau apprécier un album de Newton Faulkner. J’apprécie Human Love pour ce qu’il est, un flot de chaleur humaine et de générosité.

 

Miyavi.jpg6. The Others de Miyavi : Le roi du J-Rock a encore frappé ! Il récidive avec un dixième opus plein de punch. Si certains titres ne retiennent pas l’attention, d’autres nous embarquent dès la première écoute. Un dynamise maîtrisé et la virtuosité de Miyavi font la force de The Others.

 

 

 

Allen Stone.jpg5. Radius d’Allen Stone : Le fils spirituel de Stevie Wonder nous revient avec un troisième album produit cette fois-ci par une major. Porté par la voix rauque et saisissante d’Allen Stone, Radius est une explosion de soul pleine de lucidité.

 

 

 

 

Kehlani.jpg4. You Should Be Here de Kehlani : Dans une scène rnb en pleine mutation/évolution, j’ai retrouvé dans le son alternatif de Kehlani quelque chose d’old school qui m’a rendue nostalgique. Loin des vocoder et autres auto-tune, You Should Be Here est un mariage de ballades et de mélodies entraînantes qui redonnent foi aux déçu.e.s du rnb actuel.

 

 

 

Miguel.jpg3. Wildheart de Miguel : Miguel m’avait déjà emballée avec son Kaleidoscope Dream et, avec cet opus il s’impose comme l’un des artistes phares du rnb alternatif. Wildheart est un album sexy qui filtre avec le rock, une ode à la concupiscence où foisonnent les rythmes sensuels. Les textes y sont crûs sans être vulgaires, ils exhalent le désir.

 

 

 

Wet.jpg2. Wet de Wet : L’influence de London Grammer nourrie l’EP éponyme de Wet, trio synthpop new-yorkais. Avant-goût prometteur d’un premier album attendu, ce maxi de quatre titres est sorti en 2013. La voix de Kelly Zutrau, force délicate, y habite des mélodies au magnétisme apaisant.

 

 

 

 

Years and years.jpgCommunion de Years and Years : Les jeunes anglais de Years and Years ont rythmé mon été. Avec leur premier album, machine à tubes portée par le timbre vibrant d’Olly Alexander, ils font une entrée sensationnelle dans le monde synthpop. Combo de mélodies irrésistibles et obsédantes, Communion empreint chacun de ses titres d’une singularité tout en offrant une écriture sensorielle, sensible.

18:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

28/12/2014

Les 14 albums de mon année 2014.

 2014 a été une année musicale très riche. J'y ai découvert de nouveaux artistes tandis que d'autres m'ont encore une fois prouvés leur talent ou m'ont déçu. Je ne vous parlerai pas de l'infâme Xscape, second album posthume de Michael Jackson qui en annonce une série du genre. Ni de la déception que fut Strut, le onzième album de Lenny Kravitz ou celle de Chilhood Home l'opus de Ben Harper en duo avec sa mère. Non, j'ai préféré retenir le meilleur de cette année et, voilà ce qui donne le top 14 de mes albums favoris.

 

 

220px-Keith_Urban_Fuse_album_cover.jpg14. Fuse (Deluxe Edition) Keith Urban : Une fois n’est pas coutume, Keith Urban a fait du Keith Urban et voilà ce que j’attendais. Malgré ces seize titres, Fuse se laisse écouter facilement. La country-rock de l’australien est souvent pleine de punch mais aussi de douceur à l’image de ces ballades qui ont ma préférence. Dommage que la spécificité country se perdre parfois sous le poids des guitares électriques.

 

 

COVERSHRINK_01.jpg13. Future Souls de Uh Huh Her : Leisha Hailey et son acolyte Camilia Grey m’ont envoûtée une fois encore. Future Souls est un concentré de mélodies entêtantes et entraînantes, fruits d’une électro pop énergique.

 

 

 

2014ForestHillsDrive.jpg12. 2014 Forest Hills Drive de J. Cole: Le rap old school de J. Cole n’a pas entièrement conquis la néophyte que je suis. Néanmoins, son timbre rauque, son phrasé de prédicateur slammeur et sa plume engagée ne m’ont pas laissée indifférente.

 

 

 

Vianney.jpg11.  Idées blanches de Vianney: La voix gracile de Vianney plane sur ses idées blanches mi-pop, mi-folk. Ses textes soignés et ses mélodies fédératrices composent cette bouffée d’air frais française.

 

 

 

Screen-Shot-2014-11-10-at-1_33_24-PM.pngletitgo.jpg

 

10. Hold Back The River et Let It Go de James Bay: James Bay révèle toute l’étendue de son talent à travers ces deux EP’s. Sa pop-folk enchanteresse est un condensé de délicatesse et de chaleur communicative où il ballade sa voix grave et profonde. Voici un p’tit anglais à surveiller de près.

 

Miyavi_Album.jpg9. MIYAVI de Miyavi: J’ai découvert Miyavi, auteur-compositeur-interprète japonais et guitariste virtuose il y a quelques semaines. Son album éponyme est une boule d’énergie pop-rock aux rythmes obsédants.

 

 

 

Bernhoft.jpg8. Islander de Bernhoft : Dans Solidarity Breaks (2012), il y a eu tromperie sur la marchandise. Si le talent de Bernhoft s’y affirmait dans toute sa beauté, on est loin de ce qu’il nous propose dans Islander. L’Artiste norvégien brille ici dans toute sa grandeur. Sa pop-soul électrisante et addictive suscite autant de déhanchements que de hochements irrépressibles de la tête. Islander est une sublime partition sur laquelle la voix de Bernhoft groove.

 

Maroon_5_-_V_(Official_Album_Cover).png7. V de Marron 5 : Hands All Over n’est plus qu’une lointaine déception et il y a prescription pour mon indifférence envers Overexposed. Les Maroon 5 reviennent en force avec une électro pop-rock vitaminée, des rythmes contagieux et des paroles accrocheuses qui se laissent fredonner en chœur avec Adam Levine. J’ai l’impression de réécouter un It Won't Be Soon Before Long.

 

 

Story.jpg6. Story d’Antonny Drew : Nouvel arrivé sur la scène musicale caribéenne, Antonny Drew m’a tout de suite charmée avec ses mélodies ensoleillées. Mariage de zouk, compas, rythmes latins, ragga et folk, son premier opus est une invitation au collé-serré.

 

 

 

Chaleur_humaine.jpg5. Chaleur Humaine de Christine and the Queens : Chaleur Humaine frise l’atypique dans le paysage musical français. Il apporte du sang neuf dans la chanson française avec qui il a dû en réconcilier plus d’un. Cette perle électro-pop regorge de tubes et ses textes finement ciselés saisissent par leur poésie.

 

 

 

Post_Tropical.jpg4. Post Tropical de James Vincent McMorrow : Post Tropical a quelque chose de féérique comme un album de Sigur Rós. C’est une invitation vers l’ailleurs où le timbre spectral de James Vincent McMorrow hante ses mélodies d’orfèvre.

 

 

 

220px-Nothing_Was_the_Same_cover_1.png3. Nothing Was the Same de Drake: Drake ou le type qui me fait apprécier le rap. Je connaissais très mal l’artiste lorsque j’ai débarqué à un de ses concerts cette année. Je suis tombée sous le charme de son flow, sa performe d’artiste, ses textes personnels et des rythmes qui ne peuvent que fédérer sur le dancefloor. Nothing Was the Same est une bombe hip-hop à écouter sans modération.

 

 

Sam_Smith_In_the_Lonely_Hour.jpg2. In the Lonely Hour de Sam Smith: In the Lonely Hour est un petit bijou. La divine voix de Sam Smith, fragile mais forte, habite cet album mélancolique et sincère. A chaque nouvelle écoute je redécouvre cet opus et ce n’est que pour mieux l’apprécier.

 

 

 

Art_Official_Age.jpg1. ART OFFICIAL AGE de Prince: Depuis Planet Earth en 2007, Prince avait enchaîné les déceptions musicales. Si je n’ai pas accroché à PLECTRUMELECTRUM— l’album avec son groupe 3rdeyegirl— j’ai tout simplement A-D-O-R-E ART OFFICIAL AGE. Cet opus est une bombe atomique, un feu d’artifice de soul, funk, RnB et pop. On y retrouve un Prince magistral et la talentueuse Lianne La Havas. La musique à son apothéose !

 

18:02 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)